INNovation

Philippe Détrie chronique pour le magazine Entreprise & Carrières tous les quinze jours. Voici la rubrique parue dans le n°1385 du 21 mai 2018.

Innovation

Nous rêvons tous d’innovation managériale que nous soyons DG, RH ou manager. Mais que recouvrent ces deux mots ? Tout le monde est d’accord pour célébrer les vertus d’une innovation, qu’elle soit technologique, marketing ou organisationnelle, qu’elle soit individuelle ou collective, qu’elle vienne de l’entreprise ou d’ailleurs… : cette différenciation originale donne un avantage concurrentiel puissant. Mais le plus troublant est qu’une consultation du net ne vous donne aucune définition précise. Je n’ai certainement pas assez cherché.

Qu’est-ce qu’une innovation ?
On lit qu’innover, c’est « le fait de rentrer dans quelque chose de “nouveau” » (Wikipedia), c’est « introduire quelque chose de nouveau en termes d’usage, de coutume, de croyance, de système scientifique… » (Larousse), « mettre du neuf dans quelque chose » (Xavier de La Porte sur France-Culture). Non, non et non. Toutes ces définitions peuvent s’appliquer à la nouveauté ou à l’invention. C’est la réussite de leur mise en œuvre qui en fait une innovation, Dieu sait si nous connaissons de fausses bonnes idées ! Autre exemple : « L’Académie française innove constamment en améliorant son dictionnaire « (Wiktionnaire). Non, elle actualise, c’est de l’amélioration continue. Toutes ces acceptions oublient qu’une innovation est la rencontre d’une nouveauté et d’un marché, et non d’une seule invention parce que cette dernière peut très bien ne servir à rien, comme le marteau en mousse pour travaux délicats ou la baignoire à porte [1].
Une innovation est une nouveauté qui a trouvé son marché.


Qu’est-ce qu’une innovation managériale ?

 

Nous avons lancé l’année dernière le PRIM, le PRix de l’Innovation Managériale, à l’occasion du 1er Salon du Management (2e édition prévue en novembre 2018 à la Cité de la Mode et du Design). Trois critères de sélection :

  • originalité et caractère disruptif de l’innovation
  • apports en termes de performance et d’engagement, résultats obtenus
  • dimension inspirante pour d’autres entreprises/organisations.




Les dossiers étudiés ont montré qu’une typologie classique permettrait de mieux distinguer trois natures d’innovation managériale :
– l’innovation managériale stratégique développant un nouveau rapport au travail, une nouvelle vision, un sens, le why [2] : nouveau modèle d’affaires, intégration des parties prenantes, B Corp, entreprise à mission, gouvernance associative…
– l’innovation managériale organisationnelle développant une nouvelle forme de travail, un nouveau mode, le how : transformation culturelle, entreprise libérée, holacratie, holarchie, intrapreneuriat, structures agiles, entreprise apprenante, collaboration, coopétition, nomadisme, mobiquité, télétravail, expérience collaborateur…
– l’innovation managériale opérationnelle développant une nouvelle modalité de travail, de nouveaux outils, démarches, méthodes, le what : nouvelles modalités d’apprentissage, buissonneries, blended learning, design thinking, feed-back constructif, coaching, mentorat inversé, santé et qualité de vie au travail, bureaux élastiques, tiers-lieux, équilibre vie privée – vie professionnelle, hackathon, gamification, MARC (Modes Alternatifs de Résolution de Conflits), technologies collaboratives, applis…
Cela sera intégré pour la 2e édition.

Ovation pour l’innovation
Et vous, combien d’idées nouvelles et qui marchent avez-vous lancées avec vos équipes ? Francis Boyer, fondateur du cabinet Innovation managériale, le souligne : « Ce ne sont pas les idées qui comptent, mais ce que vous en faites. » Que faites-vous en interne pour encourager et célébrer les innovations ? Avec pour premier prix, un déjeuner avec le DRH ; deuxième prix : deux déjeuners avec le DRH…

[1] Régalez-vous avec le Catalogue d’objets introuvables de Jacques Carelman (Balland)
[2] Lisez aussi de Simon Sinek Start with why (Portfolio Trade)

 

 

btnimage