La relation : âme et cœur du management

La relation : âme et cœur du management

Philippe Détrie chronique pour le magazine Entreprise & Carrières tous les quinze jours. Voici la rubrique parue dans le n°1327 du 7 mars 2017.

La relation : âme et cœur du management

Le travail c’est 80% de relation et 20% de cerveau. Pourquoi l’école ne nous apprend-elle pas ce constat ? Et surtout pourquoi n’en tire-t-elle pas les conséquences ?
Pendant vingt ans de notre vie, l’Education nationale nous apprend à réfléchir, à analyser, à critiquer, à travailler seul, à traiter des problèmes bien définis. C’est bien. Mais c’est loin d’être suffisant !
Parce que pendant quarante ans de vie professionnelle, nous avons besoin de travailler en équipe, d’être positif et constructif, de savoir faire face à des situations nouvelles, d’être créatif, de résonner autant que de raisonner.
La vie est une question non d’équation mais d’adéquation.
L’intelligence n’est pas que cognitive ! Où sont l’intelligence du cœur, l’intelligence situationnelle, l’intelligence émotionnelle, pour ne citer que celles-ci parmi les huit intelligences définies par Howard Garner (Frames of Mind: the Theory of Multiple Intelligence) ?

Le déficit de relation est profond.

On n’apprend pas la relation en classe. Où sont passés nos prix de camaraderie, de bonne humeur ? Personne ne pourra soutenir qu’il préfère partager un bureau ou un atelier avec une personne désagréable, revêche et qui se plaint de tout !
D’autant que l’environnement ne nous aide pas. Des politiques qui disent un jour une chose et le lendemain son contraire sans être embarrassés le moins du monde, une vague nationaliste mondiale actuelle qui privilégie le territoire du chez soi à l’ouverture et l’accueil de l’autre, des médias qui ne diffusent que ce qui fait polémique pour mieux vendre, des réseaux sociaux tentaculaires qui confondent quantité de connexions et qualité. L’entreprise elle-même est coupable de consolider cet égocentrisme en individualisant ses systèmes d’évaluation et de rémunération. Où est le lien ? Où est l’entraide ? Où est la fraternité ?

Le job du manager, c’est la relation.

Il faut communiquer. Mots absents, maux présents : le dialogue est essentiel, simplement pour que chacun dise ce qu’il ressent. On sait qu’un non-dit aujourd’hui est un conflit demain et qu’une relation positive, chaleureuse, soutenante, « capabilisante » peut désamorcer nombre d’antagonismes individuels et collectifs et inciter chacun à donner le meilleur de lui-même.
Bien sûr le manager n’est pas seul responsable de la qualité de la relation, mais de par sa position, il a le pouvoir d’entretenir une relation privilégiée avec chacun de ses collaborateurs. Une simple main tendue peut devenir un appui qui prendra valeur de repère, une simple phrase anodine peut se révéler une marque de confiance qui modifiera un parcours professionnel.

La relation n’est pas un supplément d’âme, mais l’âme du management. Elle n’est pas un périphérique, elle est le cœur du plaisir au travail. Il faut relire Cultiver l’intelligence relationnelle, le titre du livre de Daniel Goleman, qui se double d’un sous-titre Comment maîtriser notre relation aux autres pour vivre mieux. C’est la capacité à adopter la meilleure communication avec un interlocuteur en prenant en compte ce dernier et sa situation. Ce sont les trois propriétés du management des hommes que nous promouvons : structuré, personnalisé, contextuel.

Comment développer son relationnel ?

Posez à vos collaborateurs trois questions : d’après eux, êtes-vous une personne de confiance, créez-vous un climat de bienveillance, encouragez-vous la coopération?
Si vous ne récoltez pas trois oui, n’hésitez pas à progresser pour devenir le manager avec qui on a envie de travailler. Faites vite la relation !

E&C_1327_Relation (image)

 

btnimage